• IPCC : la mise à mort d’un climatologue

      

    IPCC : la mise à mort d’un climatologue

    Professeur Roger Pielke Jr lecture: 'The Climate Fix'  

    le 6 févr. 2012

    Le professeur Roger Pielke Jr donne cette conférence intitulée «The Climate Fix» à la Australian National University le jeudi 2 février 2012. Cette présentation a été présentée par le HC Coombs Policy Forum.

    Les recherches du professeur Pielke portent sur l'intersection de la science et de la technologie avec la prise de décision.

    Roger A Pielke Jr. est membre du corps professoral de l'Université du Colorado depuis 2001 et est professeur au programme d'études sur l'environnement et membre de l'Institut coopératif de recherche en sciences de l'environnement (CIRES). Au CIRES, Roger a été directeur du Centre de recherche sur les politiques scientifiques et technologiques de 2001 à 2007. En 2006, Roger a reçu le prix Eduard Brückner à Munich, en Allemagne, pour ses réalisations exceptionnelles dans la recherche interdisciplinaire sur le climat. Avant de rejoindre l’Université du Colorado, de 1993 à 2001, Roger a été scientifique au National Center for Atmospheric Research. Le professeur Pielke a été nommé chargé de recherche, Risk Frontiers, Université Macquarie; Chercheur principal invité, programme Mackinder, London School of Economics; et chercheur principal invité au Consortium pour la science, la politique et les résultats de la Arizona State University. Il est également Senior Fellow du Breakthrough Institute, un groupe de réflexion progressiste.

    Le professeur Pielke est auteur, coauteur ou co-éditeur de sept ouvrages, notamment The Honest Broker: Donner un sens à la science dans le cadre de la politique et de la politique (2007, Cambridge University Press) et de son dernier ouvrage, The Climate Fix: que les scientifiques et les politiciens ont gagné de ne pas vous parler du réchauffement climatique (2010, Livres de base).

    Lieu: Théâtre Acton, bâtiment JG Crawford # 132, Lennox Crossing, ANU
    Date: jeudi 2 février 2012

    Professor Roger Pielke Jr gives this lecture entitled 'The Climate Fix' at The Australian National University on Thursday 2 February 2012. This talk was presented by the HC Coombs Policy Forum.

    Texte original: Professor Pielke's research focuses on the intersection of science and technology and decision making.

    Roger A Pielke Jr. has been on the faculty of the University of Colorado since 2001 and is a Professor in the Environmental Studies Program and a Fellow of the Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences (CIRES). At CIRES, Roger served as the Director of the Center for Science and Technology Policy Research from 2001-2007. In 2006 Roger received the Eduard Brückner Prize in Munich, Germany for outstanding achievement in interdisciplinary climate research. Before joining the University of Colorado, from 1993-2001 Roger was a Scientist at the National Center for Atmospheric Research. Professr Pielke has appointments as a Research Fellow, Risk Frontiers, Macquarie University; Visiting Senior Fellow, Mackinder Programme, London School of Economics; and Senior Visiting Fellow at the Consortium for Science, Policy and Outcomes of Arizona State University. He is also a Senior Fellow of The Breakthrough Institute, a progressive think tank.

    Professor Pielke is author, co-author or co-editor of seven books, including The Honest Broker: Making Sense of Science in Policy and Politics (2007, Cambridge University Press) and his most recent book The Climate Fix: What Scientists and Politicians Won't Tell You About Global Warming (2010, Basic Books).

    Venue: Acton Theatre, JG Crawford Building #132, Lennox Crossing, ANU
    Date: Thursday, 2 February 2012

     

     (Si nécessaire, vous pouvez utiliser la traduction en sous-titre)

     

    *************************

     

    Capture d’écran 2019-06-09 à 13.01.49.png

    10 juin 2019 par jacqueshenry

    Le Docteur en Climatologie Roger Pielke Jr. était un scientifique à l’Université du Colorado à Boulder. Il faut parler de lui au passé car il a finalement démissionné de ses fonctions de spécialiste mondial des évènements météorologiques extrêmes. Il a mis en évidence que la fréquence de ces évènements extrêmes, typhons et autres ouragans, sécheresses prolongées, inondations, tornades, vagues de froid et de chaleur, n’était pas connectée au réchauffement climatique d’origine anthropique alors que l’IPCC soutenait le contraire. Cet organisme onusien avait pris en compte pour soutenir son argumentation le fait que le montant des indemnisations consenties par les compagnies d’assurance occasionnées par les phénomènes météorologiques extrêmes ne cessait d’augmenter comme la température de surface globale selon ses modèles prévisionnels utilisés par les actuaires de ces compagnies d’assurance et de réassurance comme Munich Re. Force est de constater qu’il ne s’agissait plus vraiment de climat …

    Capture d’écran 2019-06-09 à 09.54.26.png

    Les propositions de Pielke démontraient clairement que si les compagnies d’assurance devaient payer de plus en plus d’indemnisations avec parallèlement une augmentation des primes d’assurance, cela ne signifiait en aucun cas qu’il s’agissait d’une augmentation de la supposée fréquence de ces phénomènes météorologiques extrêmes mais seulement de l’augmentation du prix des habitations et des installations industrielles et commerciales situées dans des zone à risque bien connues des météorologues comme par exemple la Floride aux USA. Il rapprocha donc pour soutenir son argumentation les statistiques météorologiques relatives en particulier au nombre d’ouragans atteignant la terre ferme depuis la fin de la seconde guerre mondiale aux USA. Mal lui en prit car ces statistiques, pourtant accessibles au public, contredisaient frontalement les thèses de l’IPCC.

    Capture d’écran 2019-06-09 à 10.14.54.png

     

    Capture d’écran 2019-06-09 à 10.13.36.png

    Il fallait donc abattre le soldat Pielke qui avait pourtant fait partie des scientifiques recrutés par l’IPCC pour la rédaction du rapport destiné aux décideurs politiques en 2007. Cependant son argumentation fut soigneusement ignorée et remplacée par la référence à une unique publication dans laquelle figurait un graphique que cet organisme osa modifier afin d’être en accord avec la politique climatique de l’ONU. La popularité de Pielke avait pourtant atteint son sommet en 2006 lorsqu’il participa en Mai de cette année-là à une workshop sur les évènements météorologiques extrêmes à Hohenkammer en Allemagne. Les thèses de Pielke figurèrent dans un rapport spécial de l’IPCC en 2012 relatif aux évènements climatiques extrêmes en reprenant le « Consensus de Hohenkammer » concluant que après avoir relié la croissance des populations et les changements économiques dans les régions à risque, que ce soit aux USA ou partout ailleurs dans le monde, il n’y avait aucun lien statistiquement significatif entre le réchauffement climatique et les indications des dommages liés à ces évènements extrêmes. Mais l’IPCC n’entra pas dans les détails au cours de la rédaction finale de ce rapport spécial.

    Capture d’écran 2019-06-09 à 09.55.24.png

    En 2013 Pielke fut convoqué par une commission de la Chambre des Représentants, le Congrès, pour exposer ses prises de position (lien). Peu de temps après John Holdren, conseiller scientifique d’Obama, accusa Pielke d’avoir faussé ses conclusions devant le Congrès ce qui provoqua une véritable chasse aux sorcières pour tenter de découvrir si par hasard Pielke n’était pas financé par les compagnies pétrolières. Le DNC, appareil du parti démocrate, obtint que Pielke soit banni des réseaux sociaux et il fut poussé vers la sortie quelques mois plus tard par la direction de l’Université du Colorado.

    Et pourtant, globalement, il n’existe aucune relation de cause à effet statistiquement significative entre le changement du climat et la fréquence des évènements extrêmes quelle que soit la région du monde considérée bien que le Premier Ministre canadien Trudeau soutienne le contraire. Il s’agit de « fake news » entretenues par le monde politique. Après de tels évènements – la mise à mort de Pielke – les scientifiques sont devenus prudents et restent silencieux de peur d’être massacrés comme le fut Pielke bien qu’ils disposent de tous les arguments scientifiques contredisant les prises de position de l’IPCC, des écologistes et des politiciens. Quelque chose est devenu vraiment terrifiant, mais ce n’est pas le climat !

    Source :

    https://business.financialpost.com/opinion/ross-mckitrick-this-scientist-proved-climate-change-isnt-causing-extreme-weather-so-politicians-attacked

    Illustrations figurant dans l’exposé de Pielke sur les réseaux sociaux (lien ci-dessous)

    Autres liens :

    https://sciencepolicy.colorado.edu/research_areas/sparc/research/projects/extreme_events/munich_workshop/ccdl_workshop_brochure.pdf

    https://threadreaderapp.com/thread/987052536883376128.html

    https://youtu.be/LS8Rr0AxmFI (exposé de Pielke devant la Commission du Congrès américain)

     

    En complément :

    Effondrement d’un mythe : Les scientifiques abandonnent la théorie du réchauffement climatique pour celle du refroidissement global

     

    *******************************************

     

    « L'association Kokopelli résiste aux industriels en vendant des graines paysannes reproductibles. Avec le laser, "On peut réduire la radioactivité d'un million d'années à 30 minutes" »
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


Tweets by cardinales1