• CONNAISSANCE & ESPRIT LIBRE

    CONNAISSANCE & ESPRIT LIBRE

  •  

    Y a-t-il une vie après la mort? 50 ans de recherche résumés en une seule conférence

     

    Tesla avait dit:

    “Le jour où la science commencera à étudier les phénomènes non physiques, elle progressera plus vite en une décennie que dans tous les siècles de son existence.”

     

    Il y a maintenant des centaines de scientifiques connus mondialement et qui étudient et font des recherches sur la science “non matérielle”.

    La science, la naissance de la mécanique quantique, les mystères de la conscience ont été au premier plan de l’étude scientifique, et nous savons maintenant que la conscience joue un rôle essentiel, de plusieurs façons différentes, lorsqu’il s’agit de percevoir ce que nous nommons le monde physique matériel.

    La plupart des pères fondateurs de la science, surtout dans la physique, étaient tous des mystiques spirituels. Max Plack, physicien à l’origine de la théorie quantique, considérait la conscience comme “fondamentale” et la matière comme un “dérivé de la conscience”. Il a dit : “Je considère la conscience comme fondamentale. Je considère la matière comme un dérivé de la conscience. Nous ne pouvons pas être derrière la conscience. Tout ce dont nous parlons, tout ce que nous considérons comme existant, postule la conscience.”

    Eugène Wigner, un physicien et mathématicien a déclaré au monde qu’“il n’était pas possible de formuler les lois de la mécanique quantique d’une manière totalement cohérente sans référence à la conscience”.

    Malgré cela, il y a encore un certain rejet aux nouvelles découvertes que la science non matérielle fait, surtout quand il s’agit de sujets sur la parapsychologie, comme la télépathie, l’observation à distance (qui a été utilisée par le gouvernement des USA à des fins de renseignement pendant plus de 25 ans), par exemple, les expériences de mort imminente (EMI) et beaucoup plus.

    Voici une vidéo du physicien Russel Targ de la CIA qui partage tout ce qu’il sait sur le sujet.

     

    “Malgré le succès empirique inégalé de la théorie quantique, l’idée même qu’elle peut être littéralement vraie en tant que description de la nature est toujours accueillie avec cynisme, incompréhension et même colère.” – (T. Folger,”Quantum Shmantum”; Découverte 22:37-43,2001)

    C’est peut-être encore une fois la raison pour laquelle tant de chercheurs se réunissent pour sensibiliser et mettre l’accent sur certains points très importants de la science non matérielle.

    L’expérience de la mort imminente est un domaine d’étude de la parapsychologie et des sciences non matérielles. Que se passe-t-il quand on meurt ? Est-ce qu’un aspect de nous survit à la mort ? Un aspect non matériel, comme la conscience, par exemple ? La conscience trouve-t-elle son origine dans le cerveau ou en est-elle le récepteur ?

    C’est le sujet de discussion de la philosophie et de la théologie depuis des années, et au XXe siècle, il est devenu le sujet de la recherche scientifique. L’une des personnes responsables du lancement de cette initiative était Ian Stevenson, qui, en tant que président du département de psychiatrie de l’université de Virginie, en 1967, a créé une unité de recherche au sein du département pour étudier si quelque chose de la personnalité humaine survit après la mort.

    Ses études ont porté sur des centaines d’enfants pour se rappeler des vies passées et il existe de nombreux exemples. Ces enfants étaient  capables de donner des détails très précis sur leur vie passée et dans certains cas, de décrire comment ils sont morts, de localiser les anciens membres de leur entourage et leur famille qui vivaient avec eux et d’autres détails qu’il serait impossible de décrire normalement.

    Voici une vidéo du Dr Bruce Greyson qui a pris la parole lors d’une conférence des Nations Unies. Il est considéré comme l’un des “pères” des études sur la mort imminente. Il est professeur émérite de psychiatrie et de neurologie comportementale à l’UVA. Dans la vidéo, il décrit des cas documentés de personnes cliniquement mortes (sans activité cérébrale), mais observant tout ce qui leur arrivait sur le tableau médical ci-dessous en même temps. Il décrit comment il y a eu de nombreux cas où des individus ont pu décrire des choses qu’il aurait été impossible de décrire.

    Vidéo : Consciousness Without Brain Activity: Near Death Experiences - Dr. Bruce Greyson

    Une autre déclaration importante et interessante de M. Greyson soutient que ce type d’étude a été découragé en raison de notre tendance à considérer la science comme complètement matérialiste. Voir, c’est croire, pour ainsi dire, dans la communauté scientifique. C’est malheureux, parce que nous ne pouvons pas expliquer quelque chose par des moyens matérialistes, il faut tout de suite le discréditer . Le simple fait que la “conscience” elle-même soit une “chose” non physique est troublant pour certains scientifiques à comprendre, et en raison du fait qu’elle n’est pas matérielle, ils croient qu’elle ne peut pas être étudiée par la science.

    Ci-dessous une conférence qui a été filmée à l’UVA par le département médical. Il met en vedette Jim B. Tucker Bruce Greyson Edward F. Kelly J. Kim Penberthy, de la Division des études perceptuelles.

    Un nouveau documentaire révolutionnaire sur la science post-matérialiste

    C’est intéressant parce que dès 1999, Jessica Utts, professeure de statistique à l’université d’Irvine, a publié un article montrant que les expériences parapsychologiques ont produit des résultats beaucoup plus probants que ceux montrant une dose quotidienne d’aspirine aidant à prévenir les crises cardiaques. Utts a aussi montré que ces résultats sont beaucoup plus forts que la recherche derrière divers médicaments comme les antiplaquettaires, par exemple.

    L’élargissement de la réalité concerne le paradigme post-matérialiste qui émerge et la prochaine grande révolution scientifique. Pourquoi est-ce important ? Parce que ce paradigme a des implications profondes. Par exemple, elle réenchante le monde et modifie profondément la vision que nous avons de nous-mêmes, nous redonnant dignité et pouvoir en tant qu’êtres humains. Le paradigme post-matérialiste favorise aussi des valeurs positives comme la compassion, le respect, le soin, l’amour et la paix, parce qu’il nous fait comprendre que les frontières entre soi et les autres sont perméables. Ce faisant, ce paradigme favorise une prise de conscience de l’interconnexion profonde entre nous-mêmes et la Nature en général. En ce sens, le modèle de réalité associé au paradigme post-matérialiste peut aider l’humanité à créer une civilisation durable et à s’épanouir.” Mario Beauregard, PhD, de l’université de l’Arizona 

     

    ********************************

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique