• Méfiance accrue envers les vaccins: le parlement européen veut la censure

     

     Méfiance accrue envers les vaccins: le parlement européen veut la censure

    24 avril 2018  

    Voici (plus bas, ci-dessous) des informations sur la toute récente et inquiétante résolution du parlement européen comme prétendue réponse aux réticences de la population à se faire vacciner.        

    Il est classique de prétendre que les victimes de vaccins s'imaginent des choses, que c'est dans leur tête etc...

     

    Il est classique de prétendre que les victimes de vaccins s'imaginent des choses, que c'est dans leur tête etc...

     

    Une fois encore, cela montre que la santé et la qualité d'information n'importent nullement aux officiels, tout ce qui compte est l'application implacable d'une idéologie avec ses dogmes indiscutables, et tant pis si cela est complètement contraire à l'esprit d'observation, de débat et de controverse qui doit animer une science saine et digne de ce nom !

     

    Tout sera fait pour maximiser la propagande et faire le + de pressions possibles pour vacciner de + en + de gens, du berceau à la tombe... c'est d'ailleurs bien cela l'esprit de ces semaines européennes de la vaccination, intensifier l'absurde... Car notez bien: une semaine entière pour la vaccination, mais seulement UNE journée mondiale de la terre ou de l'eau par exemple. Des milliards de dollars dilapidés chaque année pour inonder les pays pauvres de vaccins mais toujours 2 milliards de gens sans accès à l'eau potable (soit un terrien sur 3!) et 4,5 milliards de personnes sans accès à un système de retraitement des eaux usées alors que les eaux sales sont un vecteur notoire de maladies, mais cela ne fait pas autant figure de priorité que les vaccins, lesquels sont donc une priorité politique mais certainement pas éthique ni scientifique à en juger par les données disponibles.

     

    Mais tous ces efforts en propagande vaccinale apporteront-t-ils les bienfaits prétendument escomptés? On peut réellement en douter quand on voit qu'il y a déjà 700 000 Belges atteints de maladies dites "rares" (pouvant impliquer des altérations du génome) et plus de 100 000 autistes. En France, il y a 20 millions de malades chroniques, plus de 600 000 autistes. Il faut également noter que le nombre de vaccins administrés aux enfants a + que doublé en 20 ans et que le taux de cancers chez les enfants a augmenté de 13% en 20 ans, selon l'OMS. Alors bien sûr, si une pluralité de facteurs toxiques et toxicologiques/environnementaux peuvent concourir à ce genre de hausse, rien, absolument rien (bien au contraire!) ne permet d'exclure une lourde responsabilité des vaccins dans ce triste tableau.

     

    Pourquoi? Tout simplement parce que: 

    a) Les vaccins contiennent pour la plupart du formaldéhyde, reconnu cancérigène certain (de type I donc) par le CIRC qui dépend de l'OMS depuis 2004 or

    b) Les vaccins, tous les vaccins, restent étrangement dispensés de tests de leur potentiel cancérogène et mutagène notamment (et bien sûr, il n'y a pas que le seul formaldéhyde contenu qui soit une substance de nature à favoriser les cancers...)

    c) Ils sont administrés dès les premières semaines de vie, de façon répétée, sur des systèmes immunitaires encore largement immatures (le système immunitaire d'un enfant n'atteint sa pleine maturité que vers les 6-7 ans d'âge) et par injection (alors que des millions d'années d'évolution biologique ont prévu des voies d'entrée bien précises pour l'arrivée des microbes dans l'organisme, à savoir la peau et les muqueuses, au niveau desquelles commence déjà à se dérouler un début de réaction immunitaire, par conséquent, le mode injectable opère en réalité comme un véritable court-circuitage du système immunitaire normal, favorisant divers "bugs" en excès comme en défaut, que ce soit les allergies, les phénomènes auto-immuns, mais aussi les immunodépressions et les cancers chez d'autres sujets suivant leur constitution propre). 

    Pour découvrir des exemples concrets d'enfants détruits par les vaccins et comparer ce que le médecin avait dit aux parents aux notices, voir ici.

     

    Voir ici un article évoquant le meilleure santé globale des enfants non vaccinés.

     

    Un autre article ici, sur la diabolisation de la rougeole (afin de pousser au vaccin).

     

    RAPPEL: Ni les autorités, ni les médecins ne respectent votre droit de patient au consentement libre et éclairé, puisqu'ils se limitent à vous faire croire docilement que les risques se limitent à "un cas sur un million" ou juste à de la fièvre et une douleur/rougeur au point d'injection, ou encore, comme l'a aussi fait l'ONE, qu'il n'y a tout simplement pas d'effets secondaires graves des vaccins... La législation, le droit des patients n'est donc pas respecté(e), jamais de mise et nous ne pouvons évidemment que le dénoncer et le déplorer. A vous de vous informer, pour faire en sorte que vos droits ne soient pas que des mots creux...

     

    POURQUOI IL EST DANGEREUX DE CROIRE LES OFFICIELS: Il ne faut tout de même pas avoir la mémoire trop courte et se souvenir de l' "honnêteté" et de la perspicacité des officiels dans bien des cas. On l'a vu avec le fiasco du H1N1 et les bons conseils sur le H1N1 qui n'ont pas bénéficié à la population, au contraire, cela a créé des milliers de cas de narcolepsies et combien d'autres handicaps différents. Tout était comme d'habitude agrémenté de nombreux conflits d'intérêts. Le scandale des vaccins HPV (papillomavirus) n'a pas fait exception à la règle avec des protestations dans le monde entier, le volte-face du Japon, les gens dans la rue en Colombie, etc etc. Ces mêmes officiels, au niveau des instances internationales (OMS notam.), qui avaient bidouillé les critères de pandémie lors du H1N1, ont aussi modifié les critères d'effets secondaires vaccinaux pour camoufler des décès d'enfants dans les pays pauvres et ainsi faire passer les vaccins comme plus sûrs qu'ils ne sont. Ils ont approuvé et vanté les inutiles et dangereuses vaccinations contre la dengue et le paludisme dont nous avions annoncé, il y a déjà des années, que cela tournerait au désastre, et que cela ne serait qu'une expérimentation de plus (ce qui fut le cas, hélas). 

     

    Les agences comme l'EMEA (agence européenne du médicament) sont, comme l'OMS, abondamment financées par des redevances de l'industrie pharmaceutique. Elles connaissent et détiennent des données confidentielles de pharmacovigilance, reçues des fabricants de vaccins, mais qu'elles taisent au nom du secret commercial mais qui montrent des centaines d'effets secondaires possibles susceptibles d'affecter tous les systèmes du corps, dont certains très graves et mêmes mortels, mais elles n'en informent ni le public, ni les médecins. Les agences nationales du médicament qui détiennent également ces documents (pour tous les vaccins et pour toutes les périodes) ne sont pas plus fiables et sont, elles aussi, largement financées par les redevances des industriels. Les autorités nationales ou communautaires, dites publiques, se rendent allègrement coupables de publicité vaccinale trompeuse, en dilapidant au passage des dizaines de milliers d'euros d'argent public dans ces entreprises "de nature à induire le consommateur en erreur", selon le Jury d'Ethique belge publicitaire....

     

    Les leaders d'opinion, enfin, sont des médecins avec une certaine notoriété dans le milieu médical (souvent des professeurs, mais pas toujours) qui entretiennent des liens avec l'industrie pharmaceutique et assurent ainsi un effet d'adhésion des prescripteurs à divers produits commerciaux par le biais d'émission médiatiques, d'articles scientifiques, de participation à des congrès, des symposiums. Ils nient pour la plupart que les conflits d'intérêts les influencent ou se contentent (au mieux) d'admettre ces conflits. Néanmoins, ne leur en déplaise, il ressort d'études indépendantes et de revues d'Evidence Based Medicine (donc médecine basée sur des preuves) que l'existence de ces conflits d'intérêts continue d'exercer une influence, même quand ils sont déclarés. Ainsi, on pouvait lire dans la revue belge d'EBM Minerva, revue médicale donc, en 2007 que ces conflits d'intérêts nuisent à l'intégrité du jugement clinique en situation et donc aux intérêts des patients...

     

    Un exemple donc de conflits d'intérêts patents, mais généralement non révélé aux téléspectateurs, en cours d'émission...

     

    Les médecins de terrain quant à eux, les pédiatres, les médecins de famille sont-ils neutres pour autant dans tout ça? Non, hélas, à en lire le rapport de la Cour des Comptes française d'octobre 2012, car il faut en effet se rendre compte que l'acte vaccinal lui-même (sans même compter les reconsultations pour effets secondaires, que les patients fassent le lien ou pas) représente en moyenne quand même 12,6% des revenus annuels des généralistes et un tiers des revenus annuels des pédiatres! Par conséquent, l'objectivité de ces médecins peut tout à fait être questionnée, d'autant qu'ils n'ont pour la plupart JAMAIS été mettre réellement leur nez eux-mêmes dans les études et la méthodologie précise des essais cliniques et se contentent, par manque de temps ou d'intérêt, des quelques compte-rendus publiés dans leurs revues sponsorisées (pour compléter le peu d'heures de cours sur les vaccins pendant leurs études, leurs connaissances se limitant surtout aux techniques d'injection et au geste vaccinal, mais non pas à l'étude des conséquences possibles une fois le produit administré).

     

    Communication/commentaire de Senta Depuydt sur la Résolution du parlement européen du 19 avril 2018 sur la réticence à la vaccination et la baisse et la baisse des taux de vaccination en Europe (2017/2951 (RSP)).

    En dépit de toute raison ou principe démocratique, le Parlement Européen vient de voter une résolution de censure qui permettra de 'faire taire' toute critique à la vaccination, afin de généraliser la vaccination obligatoire à l'échelle européenne (en adéquation avec la stratégie de l'OMS/GAVI/du GHSA etc).

    Face aux soi-disant 'fake news' de 'supposées victimes' (qui n'ont rien d'autre à faire que de s'inventer des dommages post-vaccinaux pour le plaisir de se faire harceler et ridiculiser) et aux 'fausses informations scientifiques' auxquelles on ne sait pas répondre (ex: la sécurité des adjuvants, les risques associées aux vaccins combinés), il est donc plus simple d'imposer un principe de censure et d'identifier les seules 'autorités habilitées à énoncer et valider le fait scientifique’, en supprimant aux autres la possibilité de s'exprimer, voire en les pénalisant (voir la proposition actuelle en Californie). Critiquer les vaccins pourrait devenir un délit pénal, même dans un email.  C'est contraire à la démarche scientifique même, c'est contraire à la démocratie.

    Après les vaccins, ce seront les traitement naturels, nutritionnels et homéopathiques.  

    Il y a de quoi être atterré devant la vitesse à laquelle tous nos droits s'envolent. Celui de s'exprimer librement, celui de se soigner librement, le consentement libre et éclairé du patient dans tout traitement médical...et l'absence quasi totale de réaction politique et médiatique.

    Cette semaine, nous allons, une fois de plus entendre la grande kermesse de 'la semaine de la vaccination'.

    Avec une mise en scène du grand spectacle 'alerte à l'épidémie de rougeole'

    - 'Il y a encore des enfants qui meurent de la rougeole' 

    (il y en a exceptionnellement peu en Europe, ce sont plutôt des adultes immunodéficients').  Rien à côté  par exemple du clostridium difficile lié à l'utilisation des antibiotiques, on pourrait éviter 2300 décès en France par une information bien ciblée. 

    - "En se vaccinant on crée une immunité de groupe, c'est un acte solidaire". "Il faut atteindre 95% de couverture pour éliminer la rougeole" est une affirmation qui n’a aucune base scientifique. Même le prof. Raoult dans le top 5 des experts mondiaux des maladies infectieuses et 'pro-vaccin' a qualifié ces affirmations de 'fantascience'. C'est une pure hypothèse mathématique qui est contredite par les rapports épidémiologiques. Elle suppose que les vaccins soient 100% efficaces et que le virus ne circule pas silencieusement.   Ce n'est pas le cas. La Chine par ex. a une couverture de 99% et de plus en plus d'épidémies de rougeole...). Voir ici + d'infos sur la situation de la rougeole en Europe.

    En réalité la vaccination a affaibli la solidité de l'immunité globale et est responsable du fait que les mères ne sont plus assez protégées pour pouvoir transmettre leurs anticorps aux nourrissons.  En vaccinant, ce sont donc les catégories plus fragiles qui courent les risques et c'était entièrement prévisible. Cette tendance s'observe partout.

     

    Source:http://initiativecitoyenne.be/2018/04/mefiance-accrue-envers-les-vaccins-le-parlement-europeen-veut-la-censure.html 

     

    ***********************************

     

    « Retournement de situationLe Père Daniël Maes, prêtre flamand vivant en Syrie, expose la vérité, que la presse occidentale ignore »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


Tweets by cardinales1